Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

CHAMPS-ELYSEES
champs-elysees

La pièce sur Marilyn Monore commence bientôt toutes les infos sur: http://vladimir.pronier.free.fr/lecrepuscule.htm
Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- Blog
- Vuépris
- Moije
- CE

5 DERNIERS ARTICLES
- Le Crépuscule d'une étoile
- A bord du Darjeeling limited
- Sans arme, ni haine, ni violence
- Les randonneurs à Saint-Tropez
- Anaïs en concert – The Amber Project
Sommaire

5 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- Le Crépuscule d'une étoile
- Il y a longtemps que je t'aime
- Anaïs en concert – The Amber Project
- Deux soeurs pour un roi
- J'ai toujours rêvé d'être un gangster

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102
03040506070809
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
<< Décembre >>

BLOGS FAVORIS
1.Mondesparalleles
2.Fictionnary
3.Lesmoutonsdepanurge
Ajouter champs-elysees à vos favoris

LIENS FAVORIS
- Photos d'Italie
- Photos du Vietnam par toine
 Vincent Dorlac en concert Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Il est sympathique ce Vincent Dorlac, avec ses petites chansons pleines de poésie et de surnaturel. Installé sur une étrange structure surmontée d'une lampe, au milieu de la scène, il nous délivre ses histoires, sortes de comptes pour adultes qui n'auraient pas voulus grandir. Principalement seul à la guitare, il se fait accompagner par un contrebassiste, choisi (presque) au hasard parmi les spectateurs par un magicien complice. Un magicien et une danseuse en atout charme et surnaturel à ce récital qui n'en manque pas. Les chansons trottent dans la tête, chacun à sa préférée. Et c'est là que réside la magie, pas de tube incontesté, mais pleins de jolies pépites que chacun peut fièrement arborer. Un seul regret, que ça ne dure pas plus longtemps.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 19-04-2008 à 13h22

 Je suis tombé Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Dans un décor gris façon sous-sol, ou parking fraîchement repeint, censé représenter un jardin (oui on est dans l'abstraction, mais c'est pour montrer que les personnages sont enfermés sur eux-mêmes, dans leur comportement et leurs contradictions), se débat un homme qui mourra le soir même. Mais ça, il ne le sait pas encore. Il est alcoolique et ce qu'il sait, c'est que par le plus grand des mystères, son ex-femme, à décider de revenir passé son nez par ici (on est au Mexique dans les années 50). Son frère aventurier d'opérette est là aussi, ainsi que le narrateur, debout le plus souvent sur un côté de la scène, ces deux hommes flirtant avec plus ou moins de succès avec la susnommée épouse. Et pour ne rien arranger, c'est le jour de la fête des morts. Une ambiance particulière où les locaux sont assez excités. Bon, passons sur le narrateur assez inconsistant, sur le frère au style Brice de Nice. Mais arrêtons nous sur l'épouse qui n'est pas sans évoquer Marilyn (blonde, robe blanche....) et le couple étrange qu'elle forme avec cette homme qui a décidé de tout laisser tomber et de sombrer lentement. Un couple étrange mais très bien défendu par un beau duo d'acteurs. Là encore, le sujet m'est familier, la dernière journée d'une personne, mais le traitement, très psychologique des personnages et des actions, et assez éloigné de mon univers. La pièce qui fait étrangement ressentir la canicule mexicaine passe plutôt bien, on ne s'ennuie pas, mais on ne s'emballe pas non plus. Quelques jours après, elle ne laisse pas de souvenirs impérissables, plutôt une vague impression.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 19-04-2008 à 13h21

 Je m'appelle Marilyn Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

Ce n’est pas que le sujet m'intéresse, mais en fait si bien sûr, mais une pièce sur Marilyn, évidemment, j'y cours. Une chambre d'hôpital, le jour de la mort de Kennedy. Une femme se réveille en sursaut, elle se souvient de qui elle est... Marilyn Monroe. S’ensuivent une heure et demie de souvenirs évoqués, mélangés avec l'histoire d'une montagnarde abandonnée après avoir tournée une publicité. Pas vraiment de suspense sur la fin, étant donné que l'histoire commence alors que Marilyn est déjà morte. Mais très belle performance d'actrice pour jouer ce dédoublement de personnalité. Elle est seule sur scène, et si dans la vie est à la voix de poissonnière qu'elle donne à la montagnarde, elle prend pour jouer la star, la voix susurrée qui convient. Elle est blonde et lui ressemble sans trop de mal. L'illusion prend plutôt bien. Dommage que le texte soit si privé de suspense ou d'intérêt autre que nostalgique. Le monologue n'aidant pas sur ce point pour développer des situations. On s'enlise un peu et on s'ennuierait presque si un spectateur ne faisait pas un malaise pendant la représentation. Un malaise sans gravité apparente, mais qui stoppe la pièce et oblige la comédienne à descendre dans la petite salle pour lui venir en aide. Une belle générosité de sa part, surtout que l'incident clos, elle doit remonter sur scène pour un avortement... Donc, bonne actrice, texte un peu mou et fourre tout, mais bon sur le sujet évidemment, je préfère mes propres écrits... D'ailleurs à ce propos pensez à noter les dates.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 19-04-2008 à 13h20

 ESthétique médiatique Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

Pour parler des médias, l'exposition du musée des années 30 à Boulogne-Billancourt présente des tonnes d'objets qui font passer l'information. Mais quand comme moi, le design vous laisse froid, voir cinquante versions d'un transistor ou d'un téléviseur n'a qu'un intérêt très relatif. A part l'effet madeleine de Proust, ou plutôt nostalgie qui fait resurgir des souvenirs... Mais comme malgré tout je suis trop jeune, seul deux ou trois des centaines d'objets me font cet effet. Sinon, c'est un peu le sentiment de se promener chez un brocanteur passionné, certes, mais un peu trop monomaniaque. Décevant.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 19-04-2008 à 13h19

 Daniel Arasse Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

On n'y voit rien et Histoires de peintures

Daniel Arasse était (et oui il est décédé) un magnifique passeur d'art. Maniaque du détail, il regarde une peinture par le petit bout de la lorgnette pour essayer d'en découvrir le sens plus ou moins bien caché. Ainsi pourquoi un escargot se ballade sur cette annonciation (le fameux moment où l'Archange Gabriel demande à Marie et que celle-ci accepte le don de dieu), ainsi cette femme nue se caressant en avant-plan de deux femmes l'une portant des vêtements et l'autre regardant au fond d'un coffre, ainsi ce miroir reflétant le roi et la reine d'Espagne, dans l'atelier du peintre pendant que leur fille vient les voir... etc. Tant de détail qui révèlent les pensées secrètes du peintre ou de son commanditaire. Spécialiste de la peinture italienne de la Renaissance, il parle de l'invention de la perspective, des couleurs, des sujets de prédilection et on apprend beaucoup de choses. Des livres à dévorer avant un voyage en Italie, entre Florence, Rome et Mantoue.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 19-04-2008 à 13h17


|<< <<<  1  | 2 |  3   4   5   6   7   8   9   10   11   12  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 06-01-2007 à 21h13 | Mis à jour le 12-05-2008 à 13h27 | Note : 6.28/10