Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

CHAMPS-ELYSEES
champs-elysees

La pièce sur Marilyn Monore commence bientôt toutes les infos sur: http://vladimir.pronier.free.fr/lecrepuscule.htm
Contacter l'auteur de ce blog

CATEGORIES
- Blog
- Vuépris
- Moije
- CE

5 DERNIERS ARTICLES
- Le Crépuscule d'une étoile
- A bord du Darjeeling limited
- Sans arme, ni haine, ni violence
- Les randonneurs à Saint-Tropez
- Anaïs en concert – The Amber Project
Sommaire

5 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- Le Crépuscule d'une étoile
- Il y a longtemps que je t'aime
- Anaïs en concert – The Amber Project
- Deux soeurs pour un roi
- J'ai toujours rêvé d'être un gangster

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102
03040506070809
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
<< Décembre >>

BLOGS FAVORIS
1.Mondesparalleles
2.Fictionnary
3.Lesmoutonsdepanurge
Ajouter champs-elysees à vos favoris

LIENS FAVORIS
- Photos d'Italie
- Photos du Vietnam par toine
 L'âge des ténèbres Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

Comédie canada dry

Dans un futur proche, le Québec est en proie aux épidémies, le terrorisme n'en finit pas de triompher, l'administration ne sert à rien, les gens dépriment et même le rêve n'est pas assez fort pour les sortir de là.

Un employé, marié à un executive women de l'immobilier, pére de deux filles enfermées dans leur walkman, et fils d'une mère qui se meurt dans un asile-hôpital, obligé de se taper 3h de transport aller-retour pour écouter des gens lui raconter leurs malheurs sans pouvoir rien y faire, trouve un temps à s'échapper dans le rêve. S'imaginant célèbre (écrivain, homme politique, souverain, yakusa, acteur ou chanteur d'opéra) et surtout adulé par les femmes (la sculpturale Diane Krüger, la nymphomane Emma Decaune, ou bien une collègue de bureau lesbienne ou sa chef rigide qu'il aimerait voir maso). Sinon, dans la réalité, il rencontre une comtesse à une soirée de speed-dating et est obligé de participer à un tournoi de chevalerie pour défendre la virginité de la dame (sic).

Heu ! Loin des précédents (les excellents: Le declin de l'empire américain et les Invasions barbares, avec un clin d'oeil donné dans le film) sérieux et pourtant drôle-amère, Denys Arcand tente ici une vraie comédie (mais ça n'en a que l'apparence). Mais un peu trop amère et acide pour être vraiment drôle. Tout le monde en prend pour son grade, mais le spectateur ne sait plus vraiment où donner de la tête, tant le trait est grossi (même si pas tant que ça). Les gags ne sont peut-être juste pas assez drôle ou trop invraisemblables. Où l'accumulation les rend indigestes (là encore, le film donne fort envie quand on voit les extraits d'allociné).

Certaines séquences sont très réussies (le Moyen-Age, l'opéra), d'autres vraiment ratées (Tout le monde en parle). La fin surprend, mais elle est d'une telle lenteur qu'on attend autre chose.

Reste la vraie découverte du film, le comédien-humoriste Marc Labrèche,  qui non seulement dispose d'un vrai potentiel comique, mais est aussi excellent dans l'émotion. Il pleure la douleur de la mort, comme elle est et non pas avec des larmes de crocodile. Un vrai coup de chapeau.

Pour le reste, moyen bof, malgrè une bonne idée de départ.

  Lire le commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 02-10-2007 à 23h55

 99 F Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

Film de pub...

Octave, cocaïnomane invétéré, est concepteur de pub pour une grosse agence. Il est aussi amoureux d'une fille (qui ne le serait pas de Vahina Giocante) sauf que comme elle est enceinte, il l'a jette. Oui, je sais, c'est un gros con. Et forcément, il le regrette.

Alors, ou elle se suicide après avoir couché avec un rival et il se suicide en se jettant du toit de sa boite, après avoir tué des dizaines de passants à bord d'une voiture folle. Ou, ils se retrouvent heureux sur une ile déserte à élever leur rejeton...

Adapté du roman du même nom (que j'ai lu mais dont je n'ai aucun souvenir). Avec des vrais morceaux de Beigbeder dedans. Il joue l'image qu'Octave a de lui-même, quand il est vraiment déchiré. Ce qui arrive réguliérement.

La réalisation est énergique, un peu trop. Le scénario parait à la traîne, et finalement un peu vide. Restes quelques bons moments, mais qui se résument presque aux extraits disponibles sur allociné. Genre: la daube de dernière minute. Sinon, les acteurs sont trés bien, mais si finalement Dujardiin n'étonne pas tant que ça, assez dans son emploi habituel.

Il y a aussi le background sur la fabrication de la pub et la manipulation des masses pour faire consommer, mais c'est le traitement light.

Alors, en un, mot... bof ! Moyen.

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 02-10-2007 à 23h05

 Don Quichotte Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Décembre 2006, une association de défense des SDF prend le nom des "Enfants de Don Quichotte". Sur le campement, un soir, l'un des sans-domicile raconte aux autres l'histoire pathétique de ce chevalier errant espagnol. Submergé par ses chimères, moqué, trompé, dupé, il combat pour la justice mais après son intervention, ou pour lui, ou pour les autres, c'est toujours pire. La victime retrouve son boureau, qui se venge sur elle de l'intervention de cet huluberlu. Une aile de moulin à vent le jette violemment à terre, alors qu'il pense attaquer des géants. Il est roué de coups. etc... Heureusement , dans son aventure, il est suivi par son fidéle et terre à terre valet, Sancho Panza. Accompagné de son cheval Rossinante, amoureux d'une fille qu'il ne connaitra jamais (Dulcinée du Toboso), il parcourt l'espagne d'une mésaventure à l'autre, demeurant le chevalier à la triste figure, comme il se nomme lui-même.

Inspiré par l'actualité, Philippe Adrien à décide de monter ce grand classique. Il renouvelle sa collaboration avec la cie du 3ème oeil qui est constitué en partié de comédiens handicapés. Il avait monté avec elle, un "Malade imaginaire", absolument magnifique! L'acteur principal Bruno Netter est aveugle (il joue un Don QUichotte, tout en folie aérienne), un autre est de petite taille (il fait un magnifique Sancho), l'une autre encore est sourde (Monica Companys, qui avec sa diction particulière, est parfaite en coquette ou servante), etc... A leur côtés les comédiens valides, dont une autre paire de Quichotte et Sancho, sont loin d'atteindre leur niveau.

L'idée de doubler les héros, est peut-être la plus mauvaise de la pièce. Mais hélàs pas la seule. Le texte se révèle poussif, ennuyeux et embrouillé. L'intégration du groupe de SDF, assez inutile théâtralement parlant sent la revendication politique plaquée. Le décor est agréssif. Mais les costumes et les accessoires sont plus sympathiques.

Résultat, mais est-ce la chaleur de ce dimanche de septembre, tout le groupe avec qui j'assiste, s'ennuit, voir s'endort (je n'ai pus empécher mais yeux de se fermer, malgrè mes tentatives de lutte), et reste très très mitigé à la sortie...

Dommage !

Pour en voir un peu plus, une vidéo promo:

http://visioscene.com/fiche.php?PHPSESSID=ed90c47b1e0593bce3342c24608efd3b&spectacle=1400&page=5

  Aucun commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 25-09-2007 à 23h19

 Good canary Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Pièce typiquement américaine dans la veine d'un Tennesse William par exemple.

Alors qu'il (Vincent Elbaz) sort son nouveau roman (le récit d'une femme qui vit une descente aux enfers), salué par la critique en vue et qu'un gros éditeur s'intéresse à lui pour publier son prochain livre, il est génée par la présence de sa compagne (Christiana Réali) qui se plonge de plus en plus dans la déprime, l'anorexie et la consomation d'amphétamines, ce qui implique des délires hallucinatoires. Il pourrait s'en débarasser, sauf... qu'elle est plus qu'importante dans leur histoire.

Magnifique personnage de femme, jouée magistralement par une Christiana Réali, beaucoup plus à l'aise dans ce personnage torturée que dans la comédie (l'horrible Locandiera, pas seulement de son fait, il faut bien préciser). Mais la pauvre aurait mérité des acteurs de son niveau. Vincent Elbaz (pourtant excellent acteur de cinéma) est non seulement très mauvais, mais ne connait pas son texte et reprend parfois des accents pieds-noirs assez peu typique de New-York. Les autres sont à l'unisson. José Paul (à qui on peut imputer une partie de l'infamie de la Locandiera n'ayant lui pas évolué d'un iota), Ariel Wizman (qui s'en sort presque bien dans le rôle d'un dealer fashion, mais qui lui non plus ne connait pas son texte), etc.. John Malkovitch, présent dans la salle (c'est la première) doit s'arracher les cheveux qui lui restent. Surtout que sur scène un élément de décor mal conçu (des chaises qui devraient s'accrocher sur des tables), trouble encore plus le jeu de comédiens déjà instables. 

Si il y a des bonnes choses dans la mise en scène, ils sont un peu répétitifs (projections, mise en place par fil de registre des décors, mouvement du fonds de scène) d'autres sont insuportables (ronde de téléphones portables), et d'autres imparfaits (moment où le texte défile sur l'écran et où les acteurs le ressentent sans le dire).

Bref, à part l'actrice est l'histoire ! Il est quand même scandaleux, qu'une telle pièce soit montrée avec des acteurs maitrisant aussi mal leur jeu. Honteux!

  Lire les 2 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 19-09-2007 à 19h32

 La vengeance dans la peau Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

Déjà, se remettre dans le bain (ce que le scénario ne prend pas le temps de faire). C'est qui ce type? Ah, oui, il a perdu la mémoire, il est tueur et poursuivi. Il semble que dans l'épisode précédent, sa copine se soit faite tuée en Inde (ah, ok, pourquoi pas, je m'en souvenais plus... en même temps des morts, il y en a plein). Donc, il est poursuivi. Heureusement dans sa quête d'identité, il va trouver de l'aide en un journaliste, pour qui la rencontre sera fatale.

Il a la CIA a ses trousses, qui (incohérence totale du scénario) est complétement stupide. Non pas que ce soit la réalité ou pas (je n'en sais rien), mais jugé plutôt. Alors que depuis plusieurs jours (voir semaines) un journaliste enquête sur Jason Bourne (le pseudo du héros), et que le jour où ce dernier opus commence, il publie dans le Guardian (qui n'est pas le journal municipal de la Manche libre, mais quand même un des premiers quotidiens anglais) un article avec écrit Jason Bourne en toutes lettres, la CIA commence à s'intéresser à lui,  uniquement quand il prononce au téléphone ce même jour "Blackbriar" (le nom de la cellule spéciale, chargée de tuer les méchants terroristes, même si américains, sans s'embarasser d'un procés, dont le premier tueur recruté était... Jason Bourne). Donc, un la CIA ne lit pas le Guardian (même son antenne anglaise), et ne surveille pas les conversations téléphonique avec le mot clé, le plus attachée à sa cellule secrète. Donc, où ils sont complétements stupides. Où ils sont autant agence de renseignements que moi gogo-danseuse (ne rigolait pas). Où le scénario nous prend vraiment pour des cons !! Je penche pour la troisième.

Pour le reste, le ryhtme se veut effreiné et il est plus épileptique. Même pour un scène de discussion la caméra sautille (où alors, le cadreur cotorep avait Parkinson?), ce qui est insuportable. Tellement qu'en pleine poursuite, tout s'arrête (je pense qu'on devait faire un massage cardiaque au cadreur) pour reprendre quelques secondes après. Ca va tellement vite qu'on ne voit plus rien (qui poursuit qui ? mais il a pris une voiture? ah, quand ?) et comme la pyschologie est niée, on se fout au bout d'un moment de tout.

Psychologie niée pas totalement. Puisque des bribes de mémoire lui reviennent. Sauf qu'à priori, ça ne correspond pas à une réalité qu'il comprend plus tard. Alors quoi, il invente sa mémoire ? Et qu'une fille fait mine de l'avoir connu avant, mais qu'on en sait pas plus....

Même l'excellent David Strathairn a du mal à montrer de quoi il est capable (souvenez vous Good Night and good luck, et l'aveugle dans le film Les experts, avec Redford), ce qui n'est pas peu dire. Alors, l'endive Matt Damon, n'en parlont même pas (son serrement de machoires est digne de Schwarzie).

Pour terminer le tableau, le seul mort chez les méchants est... un arabe (à la suite d'un combat acharné tout de même). Ben, oui, on allait quand même pas tuer des américains. Puant !

Sinon, ça vide la tête et ça donne surtout envie de se courser à travers Paris et de vivre une vie risquée. Heu, ça suffit pas hein ?

  Lire le commentaire | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 19-09-2007 à 19h09


|<< <<<  12   13   14   15   16  | 17 |  18   19   20   21   22   23  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 06-01-2007 à 21h13 | Mis à jour le 12-05-2008 à 13h27 | Note : 6.28/10